Banque de France XXe

Affichage de 1–27 sur 290 résultats

Les billets en anciens francs émis entre 1900 et 1957 : la nouveauté du début du XXe siècle est la mise en circulation du premier billet multicolore, le 100 francs Luc-Olivier Merson type 1906. Avec la Première Guerre Mondiale, les billets émis par la Banque de France s’orientent vers une symbolique guerrière et patriotique. Les coupures traduisent un nouveau style artistique réaliste qui s’écarte peu à peu des figures allégoriques qui ont dominées au XIXe siècle. Dans les années 1930, la modernisation des procédés d’impression et de sécurisation s’accompagnent d’une généralisation des émissions en couleurs. La période de la Seconde Guerre Mondiale voit se confirmer le courant des thèmes réalistes et l’apparition des premiers personnages célèbres sur le recto de nombreuses coupures. La période d’après-guerre est par contre dominée par un changement complet provoqué par un grand bouleversement de style qui voit l’émergence des premiers billets dits « modernes ». Cette tendance s’accentue ensuite jusqu’à l’apogée de l’école française du « billet de portrait » au cours des années 1950.

Les billets français émis entre 1958 et 2000 : avec la réforme du franc initiée en décembre 1958, c’est une ère nouvelle qui s’ouvre. Pendant une courte période, les billets sont surchargés en « nouveaux francs », afin de faire la transition avec les « anciens francs ». Puis la nouvelle unité monétaire devient définitivement le franc en 1963. Cette période marque une grande transformation dans la création fiduciaire et tranche avec les courants artistiques dominants. Le billet de banque devient le symbole et le vecteur culturel de l’identité nationale. Ainsi, la Banque de France décide d’abandonner les figures allégoriques au profit du dessin de portraits de personnages français célèbres facilement identifiables : Hugo, Richelieu, Henri IV, Bonaparte, Molière, Pasteur, Racine, Voltaire, etc. Pour des impératifs de sécurité croissants, les portraits sont imprimés à l’identique au recto et au verso et cette prouessse technique perdure jusqu’à la fin des années 1990. La Banque de France en profite également pour réduire et homogénéiser le format des coupures, tout en généralisant l’impression en taille douce, puis plus tard en offset…

© 2022 - Univers Monnaies